Synerwal

La recherche Synerwal étudie le degré d’utilisation des aides publiques destinées à favoriser le développement et la pérennisation des PME wallonnes du secteur de la transformation agro-alimentaire. Au terme de cette recherche, une double conclusion s’est imposée : si les domaines de compétences des opérateurs publics présentent certaines lacunes, le système étudié souffre surtout de déficiences procédurales, tant en termes de communication que de mécanismes d’obtention. Celles-ci résultent d’un double phénomène rendu visible par notre méthodologie : un problème de lisibilité dans le champ des opérateurs qui construisent et octroient les outils ainsi qu’un défaut de visibilité du côté des PME wallonnes du secteur, surtout lorsque celles-ci tendent vers la micro-entreprise artisanale.

Combinés, ces deux phénomènes limitent le degré d’utilisation des aides publiques. En effet, seules certaines petites entreprises sont capables de déchiffrer le paysage des opérateurs et donc d’utiliser les outils. Ces entreprises finissent par constituer la base de données des opérateurs qui s’échangent ensuite leurs carnets d’adresses respectifs. Dès lors, le réseau de PME et d’opérateurs fonctionne suivant une logique circulaire qui accroît le problème d’indentification et de catégorisation des acteurs en présence, lequel renforce à son tour la circularité de ce réseau que nous avons qualifié de système primaire.

Pour la plupart, les recommandations pratiques qui clôturent ce rapport visent à améliorer la lisibilité des opérateurs et la visibilité des PME de sorte à inclure dans le système primaire des acteurs autrement ignorés. Au final, sept recommandations pratiques émanent de cette recherche :

  • la résolution des problèmes de visibilité et de lisibilité ;
  • la consolidation de l’objet « transformation agro-alimentaire » via, notamment, un site Internet dédié qui centralise et structure les informations et les acteurs ;
  • la nécessité de communiquer avec les petites entreprises de façon plus active via une consultance directe fondée sur des contacts personnalisés ;
  • le soutien au développement des réseaux primaires mais surtout secondaires ;
  • la nécessité d’adapter davantage les outils à la diversité des entreprises, en termes de taille surtout ;
  • l’élargissement de la notion d’innovation aux aspects commerciaux notamment ;
  • le soutien à la gestion du personnel.