Spin-Off Mesydel

Mesydel est un outil informatique visant à implémenter fidèlement un large sous-ensemble des modalités d'une recherche de type Delphi : la collection des données, les multiple tours de questionnaire, la gestion d'un carnet d'adresses, le traitement et l'analyse de questions qualitatives et quantitatives et des outils d'analyse dédiés.

La méthode Delphi, une des méthodes dites « expertes » les plus réputées, est une méthodeprospective, qui permet d'interroger un panel d'experts – selon ses développements les plus récents, le mot « expert » peut se comprendre comme « experts d'usage » : tout « profane » qui, de par sa position, a une connaissance sur un sujet donné –, de manière itérative : une enquête Delphi typique se compose de deux tours au minimum, avec, entre chaque tour, une synthèse qui sert de base au questionnaire suivant, permettant une « rétroaction contrôlée ».

Une des particularités de la méthode est qu'elle se base sur les intuitions d'un panel d'experts. Ces experts n'ont pas accès aux réponses de leurs pairs, ce qui permet d'éviter un biais d'auto-modération : dans une situation où cette confidentialité ne serait pas établie, les experts pourraient adopter des réponses plus consensuelles, exprimer des avis moins tranchés. La méthode Delphi a prouvé son efficacité dans la création de « futuribles » : des scénarios de futurs possibles, mais pas certains.

Pour passer de la méthode Delphi au logiciel Mesydel, celui-ci a été développé selon la méthode dite du « Design Participatif » : dans un processus suivant cette méthode, l'utilisateur final d'un logiciel et l'équipe informatique travaillent en concertation. Les développeurs sont ainsi les traducteurs des demandes des utilisateurs finaux (en l'occurrence, des chercheurs en science politique) en code informatique.

Une précision importante à apporter quant au fonctionnement de Mesydel est que, s'il repose fortement sur les ordinateurs et Internet, il n'oblige jamais ses utilisateurs à « faire les choses à sa manière » : Mesydel a été codé dans l'optique de fournir une liberté maximale pour le chercheur, qui a toujours le contrôle sur son fonctionnement, à chaque étape de la session Mesydel. Il agit comme une barrière de sécurité, mais jamais comme un signal de sens interdit ou de sens unique. Ce choix implique deux conséquences : tout d'abord, son utilisateur doit avoir un certain niveau de connaissance en sciences sociales (de manière à écrire des questions non-biaisées, par exemple) ; ensuite, le logiciel ne comprend aucun module d'intelligence artificielle, de manière à laisser au chercheur le contrôle entier de sa recherche.

Les buts poursuivis par l'informatisation de la méthode Delphi sont nombreux : pour la collecte des informations, il s'agira principalement de diminuer le taux d'attrition, les abandons de tour en tour et la réduction des contraintes spatiales et temporelles. Pour l'analyse des réponses collectées, Mesydel propose un système de marquage (« tagging ») des réponses qualitatives, basé sur les préceptes de la théorie ancrée (« grounded theory »). Les réponses quantitatives, quant à elles, sont analysables grâce à des graphiques en barre. Toutefois, dans la philosophie de toujours laisser une pleine marge de manœuvre au chercheur, ce dernier est libre d'utiliser ou non les outils d'analyse mis à sa disposition.

Voir en lignehttp://www.mesydel.com/