Actualité

Séminaire « Comment faire de la critique en milieux hostiles? » avec Sarah Aguiton, Chercheur permanente CNRS et François Thoreau, post doctorant au Centre de recherches Spiral (24/03/2017)


Ce séminaire de lecture, à la fois thématique et méthodologique propose de s'intéresser aux pratiques de la critique. Plus précisément, comment faire de la critique en milieux hostiles? Comment être un chercheur engagé et désengagé sur sa thématique de recherche? Ce séminaire questionne concrètement les challenges, les contraintes et les stratégies du chercheur lorsqu'il s'agit de gérer un (dés)embarquement sur son terrain de recherche.

Il se déroulera le 24 mars prochain de 13h00 à 16h00.

Pour le lancement du séminaire de lecture 2017, nous aurons également la chance d’accueillir Sarah Aguiton, chercheur permanente CNRS, récemment encore attachée Centre Alexandre Koyré, École des Hautes Études en Sciences Sociales. En 2014, elle défendait brillamment sa thèse "La démocratie des chimères. Gouvernement des risques et des critiques de la biologie synthétique, en France et aux Etats-Unis" au Centre de Sociologie des Organisations (Sciences Po) sous la direction d’Olivier Borraz. Elle viendra partager son expérience et ses pratiques de la critique dans le milieu de la biosynthétique. Nous aurons aussi la chance d’écouter   François Thoreau, chercheur Post-Doctorant (PDR-FNRS) du Centre de recherche Spiral qui partagera son expérience et ses pratique de la critique dans le milieu de la surveillance.

Trois lectures sont proposées en préparation de ce séminaire et seront discutées durant celui-ci:
- F. Thoreau (2017), Critiquer les technologies de surveillance, (texte à suivre), working paper.
- S. Aguiton, Bovet, Tocchetti, (2015) 'Quelles pratiques critiques sur le terrain des promesses scientifiques?' M. Audétat et al. (Éd), Sciences et technologies émergentes, pourquoi tant de promesses? (pp. 275-296).Paris, Paris : Hermann.
- Goulet F. et Vinck D. (2012) « L’innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement », Revue française de sociologie, 53-2, pp. 195-224
Return